A QUOI SERT LA FIBRE OPTIQUE ET LE TRES HAUT DEBIT ?

Petit guide à l’usage des futurs abonnés au réseau de télécommunications à TRES haut débit du département des Yvelines..

 

Qu’est que la fibre ?

Une fibre optique est un fil en verre très fin – plus fin qu’un cheveu humain. Elle est un très bon conducteur de la lumière et sert dans la transmission de données. Dans une fibre circule des photons de lumière et non plus des électrons comme dans les fils de cuivre du réseau téléphonique traditionnel. Une fibre peut transporter en même temps plusieurs couleurs de lumière (rouge, vert, etc.). Et chaque couleur transporte des bits d’informations (des 0 et des 1) à la vitesse de la lumière. Le tout sans se mélanger. Théoriquement, on peut  actuellement faire circuler dans une fibre 128 couleurs de lumière. Donc 128 “routes” où vont circuler des 0 et 1. On arrive aujourd’hui à transmettre 400 Gigabits/s sur de très longues distances. Soit 400 milliards de 0 et 1 en une seconde … Soit pour être plus explicite :

  • l’équivalent de tous les livres de la Très Grande Bibliothèque de France (à condition qu’ils soient tous numérisés) en 0,1 seconde
  • ou encore transporter les flux de l’équivalent de 400 stations de télévision…  en même temps. Et en haute définition.

Cette technologie ne date pas d’hier. La société américaine Corning a commencé à la développer dès les années 1970, et cette technologie continue d’évoluer vers plus de débit. Ce qui veut dire que la même fibre une fois installée, est là pour de très nombreuses années. Il suffira de changer les matériels d’extrémité (routeurs, boxes) pour disposer de plus de débits, en fonction de l’état de la technologie.

Fibre contre cuivre 

La fibre est beaucoup plus “puissante” que le cuivre (que nos aïeux ont installé pour le réseau téléphonique). Voici les atouts de la fibre :

  • elle n’est pas en soumise aux aléas électro-magnétiques,
  • elle ne s’oxyde pas comme le cuivre,
  • elle permet la symétrie, à savoir le même débit en descendant (quand on va chercher quelque chose sur un site web on parle de download) qu’en montant (on parle d’upload). Ce qui permet aux entreprises et aux particuliers de produire eux aussi des contenus multimédia “lourds” s’ils le désirent.

A l’inverse, le cuivre présente également ces inconvénients :

  • il y a dissymétrie (le download est plus important que l’upload). Les particuliers et les entreprises y ont donc des capacités restreintes pour produire du contenu,
  • le débit disponible diminue avec la longueur de la ligne cuivre. Plus on est loin de l’auto-communateur (le NRA : noeud de raccordement d’abonnés), moins on a de débit. Ce qui n’est pas le cas avec la fibre…

Actuellement en France, les particuliers et les entreprises qui ont la chance de disposer d’une fibre pour se connecter à l’Internet ont des débits de l’ordre de 100 Mégabits/s (100 millions de 0 et de 1 par seconde). En montant et normalement en descendant.

Fibre contre satellite

Les technologies de connection par satellite ont fait de sérieux progrès au cours des dernières années, et permettent aujourd’hui d’offrir des connections équivalentes à celles de l’ADSL. Ce qui est intéressant pour les territoires qui n’ont pas d’ADSL correct. Mais ces technologies sont encore loin de rivaliser avec ce que permet la fibre. Notamment dans le temps de latence (le ping) pour atteindre un serveur et revenir présenter l’information sur l’écran de l’utilisateur (il faut en effet “monter” sur le satellite site en mode géostationnaire à 32 000 kms de la Terre et en redescendre pour atteindre le site web demandé – et remonter et redescendre ensuite pour afficher l’information demandée sur l’écran de l’utilisateur – même à la vitesse de la lumière cela prend du temps). Par ailleurs la capacité d’un “transpondeur” de satellites est limitée. Il ne peut pas traiter des milliers et des milliers de connections, sauf naturellement à multiplier les transpondeurs et donc le nombre de satellites.

Fibre contre 4G

Les opérateurs de télécommunications font actuellement évoluer leur réseaux de téléphonie mobile vers le ce que l’on appelle le 4G. Ce réseau permet des débits certes importants en mobilité pour ceux qui sont équipés de Smartphones. Mais, à notre sens il ne suffirait pas pour écouler le trafic domestique/entreprises. Les particuliers Yvelinois, comme d’ailleurs tous les Français, consultent de plus en plus de vidéos. Et des Vidéos en haute définition. Si à 20 h par exemple tout le monde sur un territoire demande des vidéos, le réseau 4G va souffrir… Et plus il y a des personnes qui l’utilisent, plus son débit diminue. La fibre et la 4 G sont complémentaires pour un territoire. Le 4 G est très bien pour la mobilité. La fibre est très bien pour la maison, le bureau.

Fibre contre VDSL 2

Les technologies de transmission sur le cuivre continuent elles aussi d’évoluer.  Mais elles restent limitées par rapport à ce que permet la fibre. Certes l’investissement nécessaire pour adapter un réseau cuivre/ADSL est plus faible que l’installation d’un nouveau réseau. Nos élus ont choisi d’investir directement dans la fibre sans passer par une étape intermédiaire qui, comme chacun sait, est une solution qui perdure.

Qu’entend-t-on par débit ? Par large bande (broadband) ?

L’ensemble de tout ce qui circule sur le réseau Internet mondial est composé de 0 et de 1. On qualifie donc une connection à l’Internet par son débit théorique maximum. On parle ainsi de :

  • kilobits/s : 1 000 bits soit 1000 0 et 1 par seconde – On transmet un document d’un page en 1 seconde
  • mégabits/s : 1 million de bits soit 1 000 000 de 0 et 1 par seconde – On transmet une photo de bonne qualité en 1 seconde
  • gigabits/s : 1 milliard de bits, soit 1 000 000 000 000 de 0 et 1 par seconde – On transmet un film en Haute définition en 1 seconde

On rappelle qu’il faut 8 bits pour coder un caractère de texte, ou quelques pixels d’une photo/vidéo/visiophonie, etc. On définit généralement le très haut débit (broadband) à partir de 100 mégabits/s. Il est probabable que dans 5 à 10 ans la norme sera le gigabits/s. Un réseau « large bande » permet donc de faire transiter aussi bien la télévision/vidéo, le téléphone, la visioconférence, des données informatiques, et bien d’autres choses que de nouveaux usages font faire naître (les mondes virtuels par exemple).

Comment faut-il mettre en oeuvre un réseau optique ?

L’installation sur un territoire donné d’un réseau fibre nécessite :

  1. un ou plusieurs “backbones” (des autoroutes) qui font collecter le trafic des habitants et l’envoyer sur des noeuds d’interconnection ( les GIXs) où les opérateurs qui exploitent ce réseaux vont s’échanger leur trafic. Le 78 a déjà un backbone public qui va du Nord au Sud du département.
  2. un réseau de collecte (de chez vous au backbone)
  3. des routeurs spécialisés qui vont remplacer les DSLAM de l’ADSL actuel dans des NRO (Noeud de raccordement optique)
  4. une box optique à la maison ou au bureau

Qui fabrique de la fibre en France ?

Nous n’avons plus qu’une seule société française qui fabrique de la fibre : Acome à Mortain dans la Manche. Mais plusieurs sociétés dans le monde en fabriquent. Par ailleurs, il existe plusieurs formations universitaires et des écoles pour former des techniciens aux technologies de la fibre. Faire une épissure fibre est très différente d’une épissure cuivre. Une école de formation aux technologies de la fibre devrait se créer dans le 78.

La fibre dans le Monde

Toute l’Asie est en train de se fibrer :

  • 40% des foyers japonais disposent d’un accès Internet fibre
  • Sony y ouvre un réseau à 2 gigabits/s pour l’équivalent de 55€/mois
  • Il y a 6 fois plus de foyers chinois fibrés que dans toute l’Europe
  • Le Gouvernement Australien a lancé un projet fibre,*
  • La Corée du Sud aussi,
  • Les USA démarrent sous l’égide de Google Fiber (qui fibre actuellement 4 villes américaines avec un débit de 1gigabits/s pour l’équivalent de 60€/mois). Ce qui obligent les opérateurs de télécommunications et les cable-opérateurs traditionnels à s’y mettre, sous peine à terme de disparaître. De même des collectivités locales américaines se réveillent et créent pour certaines leur propre réseau/opérateur fibre.
  • En Europe la situation est contrastée. Plus on va vers le Nord, plus les territoires sont fibrées. Plus on va vers le Sud, moins les territoires sont fibrés. La France est au milieu. Mais le Président de la République Française a décidé de fibrer toute la France. Nos Elus des Yvelines ont donc pris une certaine avance.

 La fibre : pour quels usages ?

Les usages sont encore à définir. Mais on en déjà a une bonne idée. Et les Yvelines, avec leur réseau fibre, pourrait jouer un rôle de pionnier, au même titre qu’au débit des années 1980 ils ont servi de cobayes à Vélizy pour tester le Minitel. D’abord sur un réseau fibre “cela va beaucoup plus vite” que sur un réseau cuivre. Cela suffit à inciter à s’abonner à ce type de réseau. Ne plus attendre l’affichage d’un mail, ne plus avoir de buffering pour regarder une vidéo, etc. De ce qui existe dans le monde, on peut classer ces usages en plusieurs catégories qui vont d’ailleurs toucher toutes les domaines des activités humaines :

  1. le travail. Certains travaillent déjà de chez eux dans le 78. Quelques jours par mois. Mais ils se plaignent du pauvre débit qu’ils ont. Difficultés par exemple d’utiliser des plateformes visiophoniques collaboratives de bonne qualité avec d’autres collaborateurs, leurs clients/prospects. Amsterdam et sa région par exemple est fibrée. Et 120 centres de télétravail sont déjà en activité autour de la ville. Ce qui réduit les temps de transports, les bouchons, le stress, le CO2, etc. Et donc cela améliore l’environnement. Plusieurs milliers de personnes par jour quittent leur domicile yvelinois pour aller travailler à Paris, et revenir le soir. Pouvoir travailler de chez soi ou dans des centres de télétravail locaux seraient un plus appréciable.
  2. L’emploi. Il est probable qu’un réseau à très haut débit va favoriser la création de nouvelles entreprises sur notre territoire (les startups – nous en avons une trentaine actuellement dont le siège est dans le 78). Et donc créer des emplois. Surtout si notre territoire est l’un des premiers à se fibrer en France. Cela va aussi certainement favoriser le développement d’entreprises plus traditionnelles. On notera que beaucoup de nos concitoyens qui habitent les Yvelines travaillent à Paris dans des startups ou dans les grandes entreprises de technologies mondiales (Microsoft, Google, Cisco, etc.) qui ont leur siège à Paris ou à Issy-les–Moulineaux.
  3. La santé. Dans les mois et années à venir, il y aura de moins en moins de médecins et de professionnels de santé dans la ruralité yvelinoise. Des plateformes de télémédecine pourront se mettre en place. Une plateforme existe déjà à l’Hôpital Pompidou à Paris : liaison entre les spécialistes de cet hôpital et les maisons de retraite parisienne (visite médicale “virtuelle”). Cette plateforme fonctionne sur un réseau ADSL (ADSL haut de gamme, comme on peut l’avoir dans les grandes villes). La base de la médecine à distance est la qualité de l’image. Plus celle-ci est fouillée, donc lourde, mieux c’est pour le spécialiste. La vue par ailleurs entre le médecin et son patient est la base de la création d’une relation de confiance..
  4. Le commerce.  On commence à voir poindre des commerces “en monde virtuel” qui au lieu d’afficher de simples images d’un produit, vont permettre à l’acheteur potentiel de “l’utiliser” en mode virtuel avant l’achat. Le réseau a très haut débit va donc permettre la création de plateformes beaucoup plus évoluées. Les banques, les assurances, etc,  pourront aussi mettre en oeuvre des agences visiophoniques. Signalons que nous avons dans le département l’un des leaders mondiaux du “3D interactif” : Dassault Systèmes. Et notre Château de Versailles est déjà en 3D.
  5. L’éducation. Raccorder nos écoles/collèges/lycées en “broadband” est un plus important pour nos enfants/adolescents/étudiants. Par ailleurs, cela va favoriser l’éclosion de nouvelles applications éducatives, de nouvelles organisations.
  6. L’administration. Un réseau à très haut débit va lui aussi favoriser la mise en oeuvre d’une meilleure relation entre citoyens et services publics. Cela est déjà un peu engagé, mais le réseau yvelinois va permettre d’aller beaucoup plus loin pour nos administrations locales.
  7. Loisirs. Vu l’importance du débit, les jeux “massivement multi-joueurs” vont se développer. De même avec les qualités de la vidéo, etc…

Comme vous le voyez les possibilités offertes sont nombreuses… Si cela vous intéresse et que vous aussi vous voulez participer à cette @venture venez nous rejoindre à Broadband78…    

Ne laissez pas les autres décidés pour vous !

Je veux rejoindre Broadband78