Quels sont les enjeux du Très Haut Débit dans les Yvelines ?

 

Pourquoi la Montée En Débit (MED) proposée par le Conseil Général des Yvelines est une fausse bonne idée ?

Le plan fibre pour tous à échéance 2020 voté le 2 février 2012 a été remis en cause au mois de mai 2014 par le président du Conseil Général des Yvelines en invoquant des priorités de financement dues à la baisse des subventions de l’Etat au Conseil Départemental. Bonne ou mauvaise décision ? Broadband78 répond…

Le plan initial prévoyait le raccordement à Internet au moyen de la fibre optique en remplacement des fils de cuivre de tous les foyers Yvelinois, ceci dans les 111 communes qui ne sont pas dans les zones denses, les zones denses étant traitées par les opérateurs privés (SFR et ORANGE) représentant 101 230 foyers.

Le nouveau plan (qui ne comporte pas d’échéance de réalisation) maintient le raccordement de 102 communes (77 757 foyers, soit 54% des foyers du département) à l’Internet par fibre optique (sans préciser la technologie employée) et prévoit la Montée En Débit pour les 55 communes restantes (23 473 foyers, soit 30% des foyers du département).

Mais qu’est-ce que cette fameuse Montée En Débit ?

Il s’agit d’une part, d’utiliser le VDSL2, une technologie qui est une amélioration de l’ADSL, et d’autre part, de rapprocher les NRA des utilisateurs en les installant dans les sous-répartiteurs de la boucle de cuivre. Cette façon de faire a l’énorme avantage d’utiliser les fils de cuivre existants et donc d’éviter les lourds travaux de génie civil entre les sous-répartiteurs et les utilisateurs. Les travaux de Génie civil se cantonnent à la pose d’une fibre optique entre la boucle optique et le sous-répartiteur et, en général, à l’agrandissement du sous-répartiteur pour pouvoir loger les équipements VDSL2.

Mais alors, si c’est plus économique que d’amener la fibre chez l’utilisateur, pourquoi est-ce une mauvaise idée ?

D’une part, parce que comme pour l’ADSL, le débit décroît avec la longueur de la ligne de cuivre, même si les équipements sont rapprochés de l’utilisateur. Au-dessus d’une longueur de fil de cuivre de 800 mètres (de bonne qualité, ce qui est assez rare dans nos campagnes), nous retrouvons les mêmes débits que l’ADSL. D’autre part, ce qui est le plus ennuyeux, c’est qu’une fois que cet investissement est fait, il bloque pour au moins 10 ans les investissements pour amener la fibre jusqu’à l’utilisateur. Or, avec un recul de 30 ans, nous pouvons affirmer que les besoins en débit augmentent d’un facteur 10 tous les 6 ans, ce qui mettraient les communes à très courtes échéances dans la même situation qu’aujourd’hui. Pour être concret, un foyer de Mareil-le-Guyon pourrait avoir un débit de 30Mb/s impossible a augmenter avant 2030 alors qu’un foyer de Méré à moins de un kilomètre à vol d’oiseau pourrait se voir proposer 1Gb/s dès l’ouverture du réseau et 10Gbt/s en 2030 soit plus de 3000 fois plus. Autre point non négligeables ces travaux de Montée en Débit ne sont pas éligible aux subventions de l’état (cette contribution était de 30 M€ dans le plan fibre initial).

Si comme beaucoup, vous considérez que le numérique est la troisième révolution industrielle, faisons un parallèle avec la seconde révolution industrielle. Nous sommes dans la même situation qu’à l’époque de la décision de construction des lignes de chemin de fer dans toute la France, les décideurs de l’époque auraient pu choisir d’ajouter deux chevaux à chaque attelage de diligence et de construire des relais de poste intermédiaires aux existants pour que les chevaux aillent plus vite. De 56 heures pour rallier Paris à Nantes, nos ancêtres auraient pu passer à 50 heures de trajet alors que le train a mis Nantes à 7 heures de Paris, ligne inaugurée en 1877, investissement qui a permis de faire rouler des trains pendant 112 ans sans construction de voies (avec amélioration des temps de trajet) jusqu’à l’inauguration du TGV Atlantique en 1989.

En conclusion, il est impératif si vous ne voulez pas que votre commune rate le train du numérique (attractivité pour les entreprises et nouveaux habitants, nouveaux usages, …) de nous battre pour faire revenir le Président du Conseil Départemental sur sa décision (et revenir aux préconisation techniques du SDTAN, document de février 2012) ou trouver une solution autre de financement. 

En résumé :

  • si vous améliorez votre cuivre vous condamnez la fibre pour au moins 10 ans dans votre commune
  • valorisation des habitations et attractivité pour les entreprises
  • réponse aux nouveaux usages

Arnaud Beley Mareil-le-Guyon

MINI LEXIQUE

  • VDSL2 : Le VDSL2 (ou Very high speed Digital Subscriber Line 2) est un protocole de transmission de données à haut débit vers un abonné à travers une paire de cuivre. http://fr.wikipedia.org/wiki/VDSL2
  • ADSL : Le sigle anglais ADSL signifie Asymmetric Digital Subscriber Line, qui se traduit fonctionnellement par « [liaison] numérique [à débit] asymétrique [sur] ligne d’abonné » http://fr.wikipedia.org/wiki/Asymmetric_Digital_Subscriber_Line
  • NRA : Nœud de Raccordement d’Abonnés, nom donné aux centraux téléphoniques Orange http://fr.wikipedia.org/wiki/NRA

EN SAVOIR PLUS

LE PLAN INITIAL DU CG 78 voté en 2012 :

LE NOUVEAU PLAN DU CONSEIL GENERAL

LA PAROLE AUX CONSEILLERS GENERAUX :